Logiciels de navigation en compétition

Compléments du 3 mars 2013:

Pour les tests des logiciels:

* Sky-dreams m’a proposé un essai du C-Pilot qui ne s’est pas concrétisé. Je suis toujours ouvert à cette proposition. Ce que j’ai entendu à propos de ce logiciel: efficace, simple d’utilisation. Pour la partie matérielle: un peu encombrante en revanche l’autonomie permet de se passer de batterie auxiliaire, l’écran a une visibilité correcte. L’appareil comporte un vario intégré et permet donc d’avoir un seul appareil qui fait tout. Possibilité d’ajouter une sonde C-Probe. Mais le prix est … dissuasif.

* LK8000 et XCsoar. Je les mets ensemble car ils ont une même origine et des fonctions très similaires. Ce sera ensuite à l’utilisateur à choisir entre les deux, notamment sur des critères d’ergonomie. Personnellement celui qui me convient le mieux est XCsoar. Du coup je participe à mon niveau pour le développement de ce soft (essentiellement de la traduction). Ces deux logiciels ont une communauté très réactive qui les fait évoluer rapidement et qui est à l’écoute des attentes des utilisateurs. A savoir que XCsoar développe des modules pour communiquer avec la sonde C-Probe. Je ne sais pas si c’est le cas pour LK8000. LK8000 n’est disponible que sur les plateformes Windows mobile alors que XCsoar est quasi universel (Android via GooglePlay, Windows, Linux, Mac OS X, Altaïr).

Au niveau du matériel que j’ai testé voici mon compte rendu:

Les GPS de voitures sont à oublier: la visibilité est vraiment médiocre pour pouvoir tirer bénéfice de ces supers softs. Même les caches pour masquer la luminosité du soleil sont d’une efficacité limitée pour remédier à ce problème.

Les smartphones à forte luminosité (ex Samsung S3) ou à écran transflectif (Dell Streak 5) sont utilisables sans problème. J’émets quand même une réserve pour le Dell à cause de la fragilité de l’écran que j’ai changé deux fois suite à des chutes de faible hauteur. Pour les tablettes à petit écran (7″ et moins) je ne suis pas sûr que ce soit très productif (lisibilité de l’écran, énergie nécessaire pour alimenter une dalle plus grande, fragilité…). A savoir qu’il faut avoir une batterie auxiliaire pour tenir la durée sur des « grands » vols, justement là où ces logiciels sont d’une aide précieuse.

Une version de XCsoar a été développée pour la Nook (liseuse numérique). La visibilité est exemplaire mais cela nécessite des compétences que je n’ai pas forcément, un GPS externe et une bonne motivation !

Les PNA à écran transflectif sont à l’heure actuelle ce qui se fait de mieux pour accueillir LK8000 et XCsoar. Il en existe des assez chers (Oudie …) et d’autres plus abordables. Deux modèles ont retenu mon attention: Le Verticasport V2 et le Holux 61cs (qui existe aussi sous le nom de TwoNav Delta avec de la carto mais beaucoup, beaucoup plus cher).

Holux 61 CS

La connectique du Holux est assez spéciale. La solution qui simplifierait ces désagréments semblerait être de lui ajouter un Gofly Pico HX, qui permet de l’alimenter via un mini USB et en plus de lui ajouter la fonction Vario. Le 61cs a l’air robuste et est étanche. Ecran de 4,3″.

Verticasport V2

Autant vous le dire tout de suite, c’est mon choix personnel. La lisibilité est sans commune mesure avec ce que j’ai essayé auparavant (GPS voiture et même le Dell Streak 5). Ecran de 5″ permettant d’afficher tous les paramètres de vol voulus. Connectique très simple: mini USB pour l’alimentation et transmission de données. Défauts potentiels: plus fragile que le Holux et insertion éventuelle de poussière dans l’appareil. Il est souvent en rupture chez Verticasport en Angleterre mais on arrive à en trouver en stock chez des revendeurs (j’en ai trouvé en France au même prix que chez Vertica, et le port était compris !). Il existe visiblement des appareils identiques, sans marque et moins chers. Je ne sais pas ce que ça vaut pour la qualité. Pas besoin de me demander des adresses sur ces derniers, je ne vous les donnerai pas… bonnes recherches sur Google. L’étape suivante sera de lui ajouter la fonction vario via la sonde GT barometric altimeter. Preuve de la lisibilité en vol ci-dessous dans des conditions particulièrement lumineuses (pas de nuage et neige au sol):

Verticasport V2

A noter qu’il existe d’autres appareils de qualité qui ont fait leurs preuves. Je pense notamment aux Digifly, Flymaster, Skytraxx, Flytec et autres Braüniger. Le domaine des instruments de vol est actuellement en pleine expansion et mutation. Idem pour les logiciels: Winpilot, SeeYou mobile, FlyWithCE…

Le comparatif ci-dessous est encore valable, il permet de se faire une idée des capacités de ces logiciels même s’ils ont bien évolué depuis un an. Pour plus de précisions je vous laisse consulter les sites web dédiés.

Enfin, pour conclure, ces appareils apportent des infos utiles pour le vol de performance mais ne sont pas garants de plus de plaisir dans les airs. Ceci est à méditer…

==============================================

Pour la saison 2012, je m’intéresse fortement aux possibilités offertes par les « ordinateurs de bord ». Plusieurs solutions sont possibles:

  1. L’achat d’un appareil où le logiciel est déjà configuré, optimisé pour le vol (lisibilité, autonomie, ergonomie, instrumentation…) Le C-Pilot pro parait être le plus novateur, mais son plus gros défaut est son prix.
  2. La mise en place d’un logiciel (LK8000, Xcsoar…) sur un appareil beaucoup moins onéreux (smartphone, PDA, GPS de voiture… voire sur une tablette). Le travail est un peu plus long (installation, configuration), il faut prévoir une alimentation auxiliaire et un système pour améliorer la visibilité (cache, inclinaison de l’écran…). Le jeu en vaut peut-être la chandelle car l’échelle de prix de revient est divisée par 10 par rapport au C-Pilot pour des prestations quasi équivalentes (hormis les fonctions Vario et vitesse-air intégrées du C-Pilot).

Pour ce faire, je teste en ce moment les logiciels LK8000 et XCsoar sur un GPS de voiture et XCsoar sur mon smartphone.

Ne sont comparés ici que les logiciels. Pour LK 8000 et XCsoar, étant donné qu’ils s’installent sous toutes sortes de machines, la comparaison matérielle est purement impossible.

Donc pas de comparaisons sur:
lisibilité, autonomie, résolution, récepteur GPS, mémoire interne, sensibilité de l’écran, utilisation avec gants…

Pour le moment je ne m’occupe que des points objectifs, sans donner d’avis. Une fois que j’aurais bien étudier toutes les fonctions, je donnerai un avis personnel sur chaque logiciel afin d’apporter une aide au choix.

Ci-dessous un tableau de comparaisons des trois logiciels qui s’enrichira progressivement:

Les copies d’écran

XCSoar et LK8000

Image 1: La balise vient d’être franchie, d’un disque jaune la couleur devient transparente avec un cercle noir. Pour les infos, de droite à gauche et de haut en bas:

  • La prochaine balise est à 169°sur la droite, c’est la B1415 nommée « le gâteau »
  • heure locale
  • Prochaine balise à 12,7 km
  • Finesse (négative car ça monte)
  • Altitude de la prochaine balise
  • Direction du vent (il n’y a rien normal c’est en mode simulateur)
  • Vitesse optimale pour le marsouinage
  • Altitude GPS
  • Vitesse/sol
  • Re altitude GPS (inutile de l’avoir 2 fois, je sais. Je suis en train de configurer la bête)
  • Re re ….
  • Distance au goal

La flèche rouge sur la gauche: Encore 2460 de gain avant de pouvoir atteindre le goal en direct (… si j’ai bien compris)

Image 2: je vous laisse chercher. Les données ne sont pas réalistes mais c’est l’avantage du mode simulation qui permet de réaliser un parcours à 160km/h sans enrouler et sans perdre d’altitude… dans son canapé.

Image 3: LK8000, à 200m de la ligne des points temps. Finesse 10 moyennée sur les 20 dernière secondes.

Image 4: Points temps OK, il faut maintenant atteindre le goal mais avec 2423m de marge ça devrait le faire. Arrivée estimée dans 29 secondes.

Image 5: passage de balise avec trajectoire optimisée en distance.

Image 6: idem 5

Image 7: la balise de l’image 6 vient d’être validée, avertissement sonore et visuel. La prochaine est à 6,7 km. On peut y aller en direct, il y a 1890m de marge prévue, alors feu (voir sur image 6 pour la marge).

 

Laisser un commentaire